DIVERTISSEMENT AU LYS, DOUCEMENT

 

 



 

Divertissement au lys, doucement…       

Isabelle Plat construit ce qu’elle appelle des « volumes d’usage ».

Pour cette installation des planches de bois découpées en forme de jambe ou peut-être de sein s’articulent grâce à des charnières autour d’une autre découpe celle d’un sexe masculin. Le résultat de ce pliage évoque une fleur, mais aussi une chaise.

Sommes-nous face à une sculpture, face à un meuble ? L’intérêt de cette question ne repose pas dans sa réponse mais plutôt dans cette incertitude où ce volume hybride nous projette.

Si l’on se pique au jeu de cette ambiguïté, Isabelle Plat oblige à se situer soi-même mentalement mais aussi physiquement ; comment placer notre « volume-même » en relation avec ce « volume d’usage » ? Nous sommes confrontés à la gestion de notre propre corps, mais encore à notre relation aux autres et aux objets.

Isabelle Plat a nettement conscience que le design rattrape tout, avale tout, occupe de plus en plus de terrain. Elle cherche cependant par de multiples procédés à démarquer ses oeuvres des images mondialisées afin d’ouvrir notre espace mental. S’écartant délibérément de toute référence esthétique elle s’inspire cependant de l’histoire de la sculpture et de celle du mobilier. 

Ce lys ou ces lys, le même volume étant répété ici plusieurs fois formant non pas un bouquet mais un autre lys, nous propulse dans une expérience sensuelle.  Elle ne peut se faire qu’en toute conscience de nos gestes : ici on se divertit en douceur…

 

 
 
RETOUR HOME PAGE   HAUT DE PAGE